La mise à l’aveugle de Simon Galiero – Vendredi 12 avril 2013

La mise à l’aveugle de Simon Galiero – Vendredi 12 avril 2013 (5$)
Lieu: Théâtre de la Maison Côte à Côte

Page Facebook de l’évènement

Suite à son divorce, Denise vient de prendre sa retraite, après une carrière comme comptable dans la compagnie dirigée par son ex-mari. Elle s’installe dans un petit appartement du quartier modeste où elle est née, et rencontre ses voisins, des amateurs de poker qui l’invitent à une partie. Paul, Éric et Julie vivent ensemble, forment un ou plusieurs couples, et Denise se lie d’amitié avec eux. Elle consacre ses journées à essayer de se rapprocher de son fils Alex, qui dirige maintenant la compagnie, mais qui se désintéresse complètement d’elle, tout en apprenant les rudiments du poker.

 

Tout ce que tu possèdes – Vendredi 15 mars 2013

Tout ce que tu possèdes – Vendredi 15 mars 2013 (5$)
Lieu: Théâtre de la Maison Côte à Côte

Page Facebook de l’évènement

Pierre Leduc est un homme qui n’attend plus rien. En fin de trentaine, professeur de littérature des Moneygram agent pays d’Europe de l’Est dans une université québécoise, il désespère du monde, de ses étudiants, de la littérature. Solitaire, il se réfugie dans la traduction des oeuvres d’un poète polonais qu’il admire, Edward Stachura, suicidé à 42 ans en 1979.

Pierre abandonne l’enseignement et s’enfonce dans une mélancolie de plus en plus profonde, dont le tirera un appel à l’aide de son père, atteint d’un cancer incurable. Son père qu’il a peu connu, puisqu’il a quitté sa mère quand Pierre avait douze ans, veut lui léguer sa fortune, gagnée malhonnêtement dans l’immobilier. Mais Pierre refuse, car il ne veut pas de cet argent mal acquis. Son père mourra sans avoir réussi à le convaincre.

Peu après, Pierre croise une femme qu’il a abandonnée treize ans plus tôt lorsqu’elle était enceinte de lui. Cette femme, Nicole, est accompagnée de sa fille Adèle, la fille de Pierre. Pierre évite le contact mais Adèle se met à sa poursuite. Après un refus initial, Pierre acceptera de la rencontrer et admettra sa paternité. Peu à peu, le contact avec la jeune fille redonnera à Pierre le goût de vivre. Mais le passé reviendra le hanter.

Fable du bon et du mauvais héritage, le film est une méditation sur l’isolement contemporain et sur la nécessité de la transmission.

INCH’ALLAH – Vendredi 1er février 2013

INCH’ALLAH – Vendredi 15 février 2013 (5$)
Lieu: Théâtre de la Maison Côte à Côte

Page Facebook de l’évènement

Dans la clinique de fortune d’un camp de réfugiés palestiniens en Cisjordanie, Chloé, une jeune obstétricienne québécoise, accompagne les femmes enceintes, sous la supervision de Michaël, un médecin d’origine française.  Entre les checkpoints et le Mur de séparation, Chloé rencontre la guerre et ceux qui la portent : Rand, une patiente pour laquelle Chloé développe une profonde affection ; Faysal, le frère aîné de Rand, résistant passionné ; Safi, le cadet de la famille, enfant brisé par la guerre qui rêve de voler au-delà des frontières ; et Ava, jeune militaire, voisine de palier de l’appartement de Chloé en Israël.  Cette rencontre entraîne Chloé dans une aventure de l’intime comme du territoire. Une aventure où elle perd ses repères, se déracine, chute. Certains voyages bouleversent et transforment. Certains voyagent font voler en éclats toutes certitudes. Pour Chloé, Inch’Allah est de ces voyages-là.

http://www.inchallah-lefilm.com/

Natan B. Foisy

Biographie

C’est le 7 juillet 1992 que Natan B. Foisy vit le jour.  Jusqu’à l’âge de 14, rien ne s’est développé dans le cheminement cinématographique de ce jeune prodige.

C’est pendant sa troisième année du secondaire que l’un de ses amis lui parla du concours de court-métrage Festifilm.  Natan se mit donc au travail avec son équipe sur un projet qui leur rapporta deux prix à la finale locale.  Ce fut le commencement d’une longue ligné de projet.

Au cégep, il entreprit des études en Art et Lettre profil cinéma et aujourd’hui Natan attend la réponse de sa demande d’université en cinéma à l’UQAM.  Il « N’atan dra » pas longtemps!

Ce n’est pas ses formations théoriques qui on fait de Natan un grand cinéaste à devenir, c’est plutôt tous les heures travaillés à expérimenter la caméra et sa participation à environ vingt-cinq projets.

Jusqu’à aujourd’hui, Natan a réalisé environ dix court-métrage et en réalisera beaucoup d’autres.

« C’est en faisant des films que l’on apprend à faire des films » nous dit-il aujourd’hui.

Auto-portrait via Youtube

Filmographie

SECONDAIRE

« L’odyssée du grand nord » (2006), Cameramen, deux prix à la final locale.

« Corridor » (2007), technicien divers, deux prix à la finale locale et deux prix à la finale provinciale.

« Le Jugement » (2008), Écriture/coréalisation/cameramen, une mention honorifique.

CÉGEP

« Vincent Descôteaux » (2009), réalisation/direction photographique/montage.

« Soupçon » (2010), réalisation/direction photographique/montage.

« Street Fighter » (2010) réalisation/direction photographique/montage.

« Noir Intérieur » (2010) coréalisation/direction photographique/montage.

« Sang Raciner » (2012) coréalisation/direction photographique/montage, finaliste au concours « commence pas ta vie par la fin » de la SAAQ.

Sans Raciner via Youtube

PARA SCOLAIRE

Réalisation/direction photographique/montage de deux vidéos documentaires sur des entreprises d’économie sociale de la région (2011).

PERSONELLE

Réalisation d’un DVD pour un soixantième anniversaire, « 100% Natan » j’ai tout fait dans cette vidéo (2011).

« Mellyn en Ennorath » vidéo promotionnel (2011), « 100% Natan ».

« The crazy wait » (2012), « 100% Natan », gagnant d’un concours sur internet.

The Crazy Wait via Youtube

« Le Noctambule » (2012), « 100% Natan ».

Le Noctambule via Youtube

VIDÉOCLIPS

Participation à quatre vidéos de musique pour Fred Grenier (2011).

Réalisation d’une vidéo de musique pour Western union money order Indepanda, « 100% Natan » (2011).

Réalisation d’une vidéo de musique pour Vincent Lemire, « 100% Natan » (2012).

Peaches and Cream par Vincent Lemire via Youtube

Participation à plusieurs autres projets divers.

David Chevalier

Biographie
Je suis un étudiant en télévision à l’UQAM qui vient de Crabtree. Mon amour pour le cinéma a commencé en 6e année, à l’école Sacré-Coeur-de-Jésus où, dans le cadre d’une activité parascolaire, une stagiaire nous permettait de tourner un scénario (disons plutôt une histoire approximative dans ce cas)! Par la suite, au secondaire, le Festifilm a pris la relève et a bouclé la boucle. Finalement, après 4 ans de participation à ce concours de courts-métrages étudiants, notre équipe remporte le prix du jury à la grande finale régionale pour une œuvre « mature, complète et affirmée » (Réal Bossé). Ma première session au cégep en Sciences nature me convainc que ma place est réellement en cinéma, en art. C’est à la troisième tentative et après deux certificats (communication et scénarisation cinématographique, UQAM) que je suis accepté en télévision. J’en suis présentement à ma deuxième session.

 

Filmographie
– « L’Archétype » : réalisation, coscénariste, caméraman, 2007,

– « Mon centro,ses rénos » : Réalisation, interviewer, comonteur,2009

– « Espoir » : Réalisation,caméraman,monteur, 2010

– « No Gravity » :Conception de l’éclairage, technicien de plateau,conception sonore, 2011

– « Nouveaux regards » (moyen métrage) : Réalisation, caméraman, monteur, 2011

– « Un cambriolage interrompu » : coscénariste, technicien de plateau, comonteur, 2012

*Plusieurs projets d’enregistrements de spectacles de danse, comédie musicale ou de

variétés s’ajoutent aussi à mon expérience audiovisuelle.

Guims De Laumay


Biographie
Voici une brève biographie de type je-vends-ma-salade-en-vrac-et pour- pas-cher : Guillaume « Guims» de Laumay (Denommée) est un « vieux » vidéaste « de la relève ». Lauréat du Prix du jury— documentaire à Vidéaste Recherché (2003), du Grand Prix du jury au Festival du Documenteur de l’ Abitibi-Témiscamingue (2006) et au concours Le court en web II de l’ONF (2007), ainsi que du Prix découverte du Festival de films de Portneuf sur l’ environnement, il a apprivoisé la caméra dès son passage à l’école secondaire Bermon en parodiant les excès de la télévision québécoise [au grand déplaisir de ses enseignants, mais au grand plaisir de ses camarades de classe]. Membre de la cellule Kino3R de 2003 à 2005 et réalisateur de la télésérie Route 55 diffusée sur l’ensemble du réseau Vox en 2009, ses courts métrages ont été projetés dans une douzaine d’événements d’envergure, dont Les Rendez-vous du cinéma québécois (2007) et le New York Independent Film and Video Festival (2008). Possédant un encéphale à géométrie variable, courir tout en filmant, c’est bien peu lui demander.

 

Filmographie sélective

CADEAU EMBOI$$ONNÉ ?, réalisateur , documentaire, 2003.

Document pamphlétaire sur la place du financement privé dans le réseau universitaire québécois par le biais des exemples de Coca-Cola à l’UQTR et de Pepsi à l’Université de Montréal.

*Film récipiendaire du « prix du jury » dans la catégorie documentaire lors de la 13e édition du concours Vidéaste recherché(e) (2003).
THE TRUTH ON QUEBEC SEPARATISTS, réalisateur, fiction,2004.
Film de propagande commandité par le Canadian Liberal Party tourné à la suite du

référendum de1995.
Dans un Québec où règne la dictature du Maréchal Leroux, la RBÔ impose la loi par la peur et la foi.

*Sélection officielle du Festival du documenteur de l’ Abitibi-Témiscamingue

(2005).

*Sélection officielle du Festival du Film Étudiant de Québec (2005).
UN CONTE YANKEE POUR TOUS, réalisateur, documentaire, 2005.

À la veille de l’élection présidentielle américaine 2004, une vaste majorité de Québécois – 92% selon un sondage mené par La Presse – sont tout à fait contre la ré-élection du texan George W. Bush. Pourtant, à l’opposé, aux États-Unis, la lutte s’ annonce très corsée. À partir de ce constat, Guims décide de sillonner

les routes américaines de la Nouvelle-Angleterre afin de trouver des réponses à ses interrogations. Il va

tout d’abord rejoindre un ami d’enfance, David Dubois, à l’Université du Maine, puis il fait la connaissance d’un cousin au nord de Boston, Guy Denommee. Choc culturel entre deux nations voisines.
*Sélection officielle au Festival du Film Étudiant de Québec (2005).
RICHARD DE VILLE-MARIE, coréalisateur et scénariste, fiction, 2006.

Richard est humble et généreux, probablement comme il devrait l’être… Imaginé,réalisé et conçu en

moins de 72 heures – lors d’une course folle organisée au pays de l’or et du cuivre

* Richard de Ville-Marie est un clin d’oeil au mode de vie rural, folklorique et spirituel des habitants du

Témiscamingue, mais aussi un hymne à la simplicité et au partage, valeurs universelles intemporelles.

*Récipiendaire du Grand Prix du Jury Télé-Québec (volet créatif) de la troisième édition du Festival du

DocuMenteur de l’Abitibi-Témiscamingue(2006).

*Grand prix du jury du concours Le court en web II :Cinéma québécois version court de l’ONF (2007).

*Sélection officielle du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue (2006) et des Rendez vous du Cinéma québécois de Montréal (2007).

*Diffusée au Festival juste pour Rire (2007) et au Festival Regard sur le court métrage au Saguenay (2009).
DOUZE STADES OLYMPIQUES PLEINS D’ VIDANGES, réalisateur, documentaire,2007.

Les MRC de d’Autray et de Joliette s’apprêtent à recevoir plus de 30 millions de mètres cubes de déchet sur leur territoire, dont la majorité provenant de la Communauté Métropolitaine de Montréal. Le promoteur du projet le veut, le gouvernement du Québec aussi, la population : non. Et vous, voudriez-vous de Douze stades olympiques pleins d’vidanges chez vous ?

*Film récipiendaire du « Prix découverte » du Festival de films de Portneuf sur l’ environnement (2007).

*Sélection officielle du Festival du Film Étudiant de Québec (2007).

 

ANANTA DIDI,réalisateur,documentaire,2007.

Portrait d’Ananta Pokharel, travailleuse sociale népalaise.

*Sélection officielle du New York International Independent Film and Video Festival (2008), du Regard

sur le court métrage au Saguenay (2008) et du Festival du Film Étudiant de Québec (2008).

 

ÇA VA MAL AU PAYS DES ÉRUPIAUX, réalisateur, documentaire, 2010.

Un siècle de parlure canayenne français en Brandonnie :portrait de la famille Évelyna Bolduc-Albert Dubeau à travers son langage folklorique et imagé.

*Sélection officielle du concours Racines de Radio- Canada International (2010).