Archives pour l'étiquette Les toiles filantes

Artiste Verrier de Radhanath Gagnon et Liliane Boucher

Artiste Verrier de Radhanath Gagnon et Liliane Boucher, 2007, 14m00s | Vivez les contrastes! Le dur travail d’atelier versus la fine touche artistique. Nous vous convions dans l’atelier de Stephen Pon, artiste verrier.

Stephen Pon (artiste verrier) : Stephen Pon a fait ses premières armes au Centre des métiers du verre de Montréal en 1997. Membre du Conseil des métiers d’art du Québec depuis, il expose dans un réseau de galeries au Canada et aux états-Unis. Depuis 2000, il a établi son atelier de travail à Lavaltrie. Ses oeuvres interrogent les rapports que peuvent entretenir nature et culture. Il nous invite à lire des sculptures de verre qui suscitent la réflexion sur les civilisations non occidentalisées. Sa prose sculpturale qui s’adresse à nos sens forme un palimpseste de ce qui se cache au creux de toute humanité : une fragilité latente.

John A.Cosgrove essai et étape de Yannick Nolin

John A.Cosgrove essai et étape, Yannick Nolin, 2007, 9m01s | Nous suivons John, un artiste verrier, dans la conception d’une pièce qui est en constante évolution.

John A. Cosgrove (artiste verrier) : Initialement photographe, John A. Cosgrove a entrepris, à partir de 1990, une formation en conception et design de vitraux. En 1997, il devient cofondateur du Chalet Studio de verre et artiste verrier à part entière. Membre à titre d’artiste professionnel au Conseil des métiers d’art du Québec en 2000, John A. Cosgrove se consacre de plus en plus à la réalisation d’oeuvres uniques. Lauréat en 2000 et 2002 lors du concours Excel’Art III et IV, il est aussi boursier du Conseil des arts et des lettres du Québec. Le Fonds Lanaudière pour les arts et les lettres l’a soutenu, en 2004, en vue de la création de fenêtres en verre fusionné à l’église de Sainte-Béatrix.

Louise Boucher : émailleuse de Julien Beaupré, Francis Lacelle et Patrice Laliberté

Louise Boucher : émailleuse, Julien Beaupré, Francis Lacelle et Patrice Laliberté, 2007, 14m00s

Louise Boucher (émailleur) : Après avoir obtenu un baccalauréat en arts plastiques à l’Université du Québec à Montréal, Louise Boucher réalise deux stages, le premier auprès d’un émailleur québécois, Claude Perrier, le second en France, aux ateliers de Limoges Léa Sham’s et Alain Duban. Durant quatre années, elle fait vivre un atelier d’émaillage sur cuivre à Nazelles-Negron (France) puis décide de retourner dans son coin de pays natal, le Québec, pour y ouvrir un second atelier à L’Assomption. Inspirée par tout ce qui l’entoure, Louise Boucher investit, telle une anecdotière, le quotidien pour proposer des scènes où le détail, l’objet secondaire sans généralisation, sans portée peuvent tout à coup prendre de l’importance.

François Lauzier de Danny Richer-Desjardins

François Lauzier, Danny Richer-Desjardins, 2007, 6m32s | Suivez François au travers de son univers, découvrez son oeuvre et son parcours tout en vous laissant charmer par la beauté de Sainte-Mélanie.

François Lauzier (sculpteur et portraitiste) : Diplômé en arts plastiques du cégep de Saint-Jérôme au début des années 80, il présente à l’automne 82 à la galerie Art 8 à Trois-Rivières une exposition en duo dans laquelle il y montre toute une série de sculptures roulantes réalisées en bois et en matières plastiques. Sculpteur depuis plus de vingt ans, la tête humaine est sa principale source d’inspiration. Il a exploré les différentes facettes du visage par la création de masques, de marionnettes, de personnages et de sculptures en ronde-bosse.

À l’image de mes mots de Joanie Bourque

À l’image de mes mots, Joanie Bourque, 2007, 8m51s | Poésie visuelle et auditive portant sur l’acte de création. Réalisé avec l’artiste forgeron Yves Gamache.

Yves Gamache (artiste forgeron) : Yves Gamache est un forgeron moderne : s’il sait travailler selon la méthode et avec les outils traditionnels, mais il s’intéresse aussi aux nouvelles technologies. Il produit ainsi des armes (épées, dagues et haches), des armures, des chandeliers, mais aussi des poignées de porte, des clôtures, des grilles ouvragées, des rampes d’escalier, des balcons et d’autres détails architecturaux. La majeure partie de ses ouvrages est faite d’acier, la matière qu’il préfère, avec parfois des rehauts de cuivre, d’aluminium ou de laiton. Il est enflammé par son métier et adore partager cette flamme qui l’anime avec d’autres.

 

Jean-Charles Aubin, derrière le masque de Annick Gaudreault

Jean-Charles Aubin, derrière le masque, Annick Gaudreault | Retrouvons Jean-Charles Aubin, cet artisan du cuir, dans son atelier de St-Donat où il fabrique loups et masques à partir de divers peaux.

Jean-Charles Aubin (Mascherero) : La maîtrise des Maschereri vénitiens du 17e siècle pour réaliser des masques ou des loups, qui semblait avoir disparu durant plus de deux siècles, retrouve, par l’entremise de fins connaisseurs du cuir comme Jean-Charles Aubin, une nouvelle vie. Chausseur spécialisé dans la fabrication de sandales durant près de cinquante années, cet homme dont les connaissances en matière de cuir ne sont plus à prouver, s’adonne à présent à ce métier jusqu’alors presque oublié. à travers ses masques, Jean-Charles Aubin nous propose un monde chimérique où les expressions humaines et animalières figées de ses mains se laissent interpréter.

Martine Buczkowski – Découverte et passion de Geoffroy Hays

Martine Buczkowski – Découverte et passion, Geoffroy Hays, 2007, 12m00s | Un rendez-vous intime en compagnie d’une céramiste passionné qui vous fera découvrir l’un des plus vieux métiers du monde!

Martine Buczkowski (potière) : L’artiste a fait ses études au Cégep du Vieux-Montréal en 1979. Elle étudie d’abord les arts plastiques, puis découvre l’argile. Elle s’inscrit alors au programme de céramique qu’offre le cégep : trois merveilleuses années d’apprentissage, d’expérimentation et de découvertes, que Martine Buczkowski évoque encore aujourd’hui avec émotions. La vaisselle au tour de l’artiste est un plaisir pour la vue et le toucher, qui augmente encore celui de se retrouver autour de la table avec des gens qu’on aime : pour la potière, c’est effectivement l’essence même de son métier. (rédigé par Bruno Mandeville)

Ébéniste² de Alexandre Labbé

Ébéniste 2, Alexandre Labbé, 18m03s | Documentaire sur l’artiste-ébéniste de L’Assomption, Pierre-Nicolas Côté, entremêlé des péripéties qui ont réorienté, malgré nous, le film vers une toute nouvelle direction.

Pierre-Nicolas Côté (ébéniste) : Monsieur Côté a étudié l’ébénisterie à l’Institut des métiers d’art après avoir entamé un BAC en arts visuels à l’UQAM. C’est d’ailleurs cet heureux mélange de maîtrise technique et d’originalité qui est le plus frappant dans ses créations. En plus de faire des meubles sur mesure pour des particuliers et des commerces, l’ébéniste participe à de nombreuses expositions et s’engage dans la communauté en animant des ateliers éducatifs lors d’événements culturels et scolaires. Convenant ses meubles à partir de croquis, fruits d’une recherche artistique, il s’inspire très souvent d’éléments organiques qu’il interprète de manière abstraite dans ses oeuvres. (rédigé par Tiphaine Ricordel)

Robert Denommé

Robert Denommé, Alexis Côté, 2007 | rencontre avec l’artisan ébéniste Robert Denommé de Saint-Félix-de-Valois. Il nous entretient sur son travail, le mode de vie qu’il a choisi et sur les choses en apparence inutiles, mais qui expriment une identité et rendent la vie si belle.

Depuis près de quinze ans, Robert Denommé se voue à la création d’objets utilitaires et décoratifs, d’accessoires et de petits meubles originaux, tout en mettant à profit des techniques simples et adaptées à la société contemporaine. Anciennement consultant en architecture, il change de carrière et fonde, en 1992, sa propre entreprise : l’Atelier du Lys. Un atelier, des machines modernes, un outillage manuel, des odeurs de bois : tel est son univers.